Historique

Un seul club d’Handball dans la capitale

Dès la création de la LASEP (Ligue des associations sportives de l’enseignement primaire), en 1964, le jeu d’handball était pratiqué régulièrement dans la cour de l’école de la rue Gellé à Bonnevoie, sous la direction de l’instituteur Jean Recht, lui-même secrétaire général de la Ligue. Afin de permettre aux jeunes handballeurs de la section LASEP de Bonnevoie de continuer à pratiquer leur sport après la fin des études primaires, l’idée naquit de créer un club d’handball dans ledit quartier de la Ville. Pour réaliser son projet, Jean Recht obtint le soutien de parents d’élèves, notamment de Louis Birenbaum et René Strainchamps, deux fervents de l’handball. L’assemblée constituante du club nommé HC Standard Luxembourg eut lieu le 13 avril 1967. Le poste de président fut confié à M. Ernest Goedert, qui allait remplir cette fonction pendant 6 ans.

Grâce au dévouement de ses dirigeants et au support des autorités communales et des responsables fédéraux, le club grandit rapidement et fut déjà en mesure d’aligner 4 équipes (seniors, juniors, cadets, scolaires) lors de sa première participation au championnat de la FLH. Le cadre de l’équipe fanion était constitué des joueurs Arnold, Baldato, Bidinger, Feider, Gengler, Grethen, Jeitz, Roesgen, M.Schmit, V.Schmit et Thommes. Il ne leur fallait qu’une seule année pour accéder à la 2e place en promotion et réaliser la montée en division nationale. Après quelques saisons de transition qui lui permettaient de s’acclimater et d’assurer son maintien parmi les meilleurs clubs du pays, le HC Standard devint quatre fois vice-champion, entre 1973 et 1977.

3.5.1975 (Vice-Champion)
deb. g-d : Birnbaum Cl., Kohl M., Donven, Feider, Thill B., Heynen, Karpen
ass. g-d : Hinger, Zeimet, Rock, Birnbaum J., Strainchamps

A cette époque, trois de ses joueurs faisaient partie de la sélection nationale : le gardien de but Egide Urbain et les joueurs de champ Roland Karpen et Claude Feider. D’ailleurs, Roland Karpen sera par la suite un des meilleurs buteurs de l’équipe grand-ducale, avec 202 buts marqués lors de 80 sélections.

Le 24 mars 1979, l’équipe seniors eut l’honneur de disputer la finale de la Coupe de Luxembourg contre le prestigieux HB Dudelange, au hall omnisports à Oberkorn. Après avoir bien résisté pendant le premier quart d’heure de jeu, les joueurs de la capitale durent reconnaître la supériorité de leurs adversaires.

Sans oublier les nombreux titres de champion remportés, depuis les débuts, par les équipes de jeunes dans les différentes catégories d’âge, il faut relever les excellents résultats de l’équipe des dames du Standard, dont les responsables avaient créé une section féminine au mois de décembre 1974. Ayant remporté la Coupe de Luxembourg en 1979, les joueuses de Bonnevoie étaient qualifiées pour la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe, où elles rencontrèrent au 1er tour l’équipe de RTV Bâle. Les victoires dans les rencontres d’entraînement contre l’ASPTT de Metz et le TV Ehrang ainsi que les matchs sans défaite dans le championnat en cours faisaient naître certains espoirs. Entraînée par Nicole Flammang, ancienne joueuse de l’ASPTT Metz et sélectionnée en équipe Alsace-Lorraine, l’équipe se présenta comme suit : Sauber Léonie et Hermes Sonja (but), Braun Marie-Jeanne, Braun Antoinette, Zeimet Christine, Johansen Birgitte, Brimaire Coryse, Jensen Lise, Johannesdottir Stella, Cloos Edda, Milling Kirsten, Rippinger Trixy (champ). Malgré les défaites contre l’équipe suisse aux matchs aller et retour, les dames du Standard n’avaient nullement démérité.

Le succès de 1979 en Coupe de Luxembourg fut renouvelé lors des deux saisons suivantes, ce qui permit à l’équipe féminine du Standard de devenir propriétaire du trophée après les trois victoires consécutives. En 1980 et 1981 l’adversaire en finale était le HBC Bascharage, une équipe quasiment invincible dans le championnat des dames.

Dans les premières années de son existence, le HC Standard Luxembourg ne disposait que du seul terrain de jeu et d’entraînement dans la cour de l’école primaire de la rue Jean-Baptiste Gellé à Bonnevoie. En raison du nombre croissant d’équipes et des exigences de l’handball moderne, le club était contraint de s’exiler dans des installations indoor comme les halls du stade municipal et de l’INS ainsi que la salle des sports à Gasperich. En 1977, les rêves des initiateurs et pionniers du Standard devinrent réalité : Le club pouvait enfin évoluer sur un terrain correspondant aux normes internationales (le seul dans la capitale), implanté dans le nouveau hall omnisports à Bonnevoie.

Le Tournoi du 20e anniversaire du HC Standard eut lieu à Pâques 1988, avec un grand nombre d’équipes renommées de l’étranger, tant chez les hommes que chez les dames. Les épreuves masculines furent remportées par l’ASPTT Metz, sociétaire de la 1ère division B française. La victoire du tournoi féminin revint à l’Entente Sportive de Besançon qui s’imposa contre Aarhus (vainqueur de la Coupe du Danemark), le champion hongrois Debrecen et l’équipe nationale d’Angleterre. Les dames du Standard s’étaient renforcées en l’occurrence par quelques joueuses du HC Rumelange.

En tant que vice-champion en 1991, l’équipe féminine du Standard, dirigée par Nicole Flammang et Léonie Sauber (co-entraîneur), rencontra en Coupe IHF l’équipe espagnole de Contructora Estrelles, dans la composition suivante : Feiereisen Isabelle et Mai Eliane (but), Kröpelin Susanne, Hilger-Maller Simone, Wiscourt-Zeimet Christine, Ristovic Natalija, Schennecker Pascale, Rodrigues-Dias Mathilda, Brimaire Coryse, Roermand Birte, Jensen-Brünning Marianne, Johannesdottir Stella, Zuné-Rippinger Béatrice et Mortensen Helle. Grâce à un nouveau titre de vice-champion en 1992, les dames de Bonnevoie se retrouvèrent dans les compétitions européennes de l’IHF, opposée cette fois-ci aux joueuses du club belge DHC Meeuwen.

L’équipe masculine du HC Standard, vice-champion de Luxembourg en 1996, connut son jour de gloire sur l’île de Chypre, dans les rencontres éliminatoires de la Coupe EHF, en réussissant à battre Kentro Neotitos de Larnaca par 30-31 et 23-24, et à se qualifier pour le tour suivant. À ce stade toutefois, l’équipe Gorenje de Slovénie fut trop forte pour le club de la capitale. Les joueurs Jos.Mauruschatt, J.Bandeiras, D.Dumont, J.Gaske, A.Gulbicki, P.Jacobsen, D.Mockel, D.Naghi, D.Pascalicchio et F.Steglinski furent entraînés par Claude Olinger.

(…)

Henri Bressler (avec la collaboration de Diane Weimischkirch et Roland Zeyen), adapté par Ralph Strainchamps.